Actualité Internationale

Les horribles propos d’un militant d’extrême droite adressés à un comédien franco-sénégalais

La nouvelle image aseptisée du Front national débarrassée du papa encombrant a du mal à s’imposer.
Marine Le Pen ne ménage pourtant pas ses efforts pour faire oublier le passé et les déclarations intempestives d’un Jean-Marie Le Pen aujourd’hui relégué au rôle de subalterne. Le nouveau parti d’extrême droite se veut proche de la communauté juive et plus du tout raciste.

image

C’est ce que du moins espère sa nouvelle présidente et candidate à l’élection présidentielle, Marine Le Pen. Malheureusement la réalité est tout autre, car si Jean-Marie a finalement été muselé, il en est tout autre pour les sympathisants d’extrême droite plus difficile de dompter.
Pour preuve cette scène insolite entre le comédien et humoriste, Jean-Benoît Diallo et Thomas July, le secrétaire général du parti de la France. La rencontre incongrue a eu lieu à la fin du traditionnel rassemblement de Jean-Marie Le Pen le 1er mai dernier.
Le comédien, pas farouche pour un sous, s’est mélangé à la foule (bien hostile) composée essentiellement de sympathisants d’extrême droite pour proposer… des câlins gratuits.

Le face à face avec Thomas July vaut le détour et sans ambages ce dernier lui lance «  Vous êtes musulman ?  » comme s’il s’agissait d’une maladie contagieuse.
Le comédien lui rétorque «  non, je suis non pratiquant, je suis athée  », une réponse qui devrait apaiser les appréhensions de l’extrémiste, mais Jean-Benoît Diallo est un métisse, une « tare » que July ne pardonne pas.
«  Un étranger qui travaille à la place d’un Français prend la place d’un Français. Nous estimons que l’immigration c’est du parasitage social  », explique le secrétaire général du parti de la France. Ce à quoi répond l’humoriste : «  Dans ce cas-là les Français qui travaillent à l’étranger vous appelez ça comment ?  ».
Une question qui ne perturbe pas outre-mesure Thomas July qui poursuit sur sa lancée n’hésitant pas à s’appuyer sur des arguments passablement douteux : «  nos ancêtres ont fait la guerre, ils n’ont pas été lâches. On a défendu notre pays et sur les monuments aux morts, il est écrit le nom des Français, c’est des noms de Gaulois. On va décoloniser la France  ».

Lorsque Jean-Benoît Diallo, dont la mère est française de souche et le père sénégalais, lui demande où il devra aller dans le cas où le parti de la France accède un jour au pouvoir, July semble soudain hésiter et perdu : «  Là où vous aurez envie d’aller… si vous vous comportez comme un Français il n’y a pas de souci ».
Marine a encore du pain sur la planche avant de redorer l’image de son parti.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s