Actualité Culture Société

A la découverte de Diawara Un petit paradis niché dans le Sénégal oriental

Située dans le département de Bakel, la commune de Diawara est un véritable petit paradis qui vaut le détour. Très peu connu comme destination touristique, la petite ville possède pourtant de nombreux attraits touristiques.

Avec environ 12 000 habitants, la petite commune de Diawara dont le nom fait plutôt penser à un nom de famille bien connu en Afrique de l’Ouest, notamment au Mali, fait partie de ces sites pleins de charme mais méconnus. Le village a été créé il y a environ 9 siècles juste après la dislocation de l’Empire de Wagadou. La commune de Diawara située dans l’arrondissement de Moudéry, dans le département de Bakel à moins d’une vingtaine de kilomètres du chef-lieu du département est une localité oubliée. Excepté le chef-lieu de la commune qui présente quelques traits de caractères qui fondent une ville et cela grâce à ses fils expatriés, aucune réalisation digne de nom faite par l’état n’est est visible dans cette contrée du Goye. Le peu de chose que l’on y voit, précise Kilé Sakho est l’œuvre des émigrés qui se cotisent depuis l’Europe pour pouvoir réaliser certaines infrastructures. Aujourd’hui, beaucoup de localités dans la commune vivent dans des conditions moyenâgeuses.

Diawara a tout pour séduire

La ville Sénégalaise Diawara, à l’Est du Sénégal, sur la rive gauche du fleuve Sénégal non loin des frontières mauritanienne et Malienne. C’est un village très sénégalais, très peu urbanisé et fort de ses coutumes et traditions, peuplé en majorité originaire de Soninnkés (Sarakhole) du Mali. Ces premiers habitants furent au début, les chefs du village. Aujourd’hui cette notion de chef n’a plus la même importance et c’est un maire qui a en désormais  la charge. Aujourd’hui, le village compte 9 005 habitants. Comme toutes les villes situées sur la rive du fleuve Sénégal, les alentours de Diawara regorgent de paysages magnifiques, une faune et une flore sublimes. Une véritable immersion dans la coutume sénégalaise et des peuples Soninkés. Le village de Diawara est la plus française des communes de Bakel, il se dit que 50% de sa population possède la nationalité française. Allez-y donc savoir pourquoi…

Diawara à l’origine du conflit sénégalo-mauritanien

Le village de Diawara a été rendu tristement célèbre dans la matinée du 09 avril 1989. Cette date a coïncidé avec le troisième jour du mois de ramadan. Ce jour, une vive altercation a opposé des cultivateurs du village à des éleveurs mauritaniens venant d’un village nommé Sonko. Le sang a coulé, créant des orphelins. Au cours de cette chaude journée, côté sénégalais, un mort et plusieurs blessés ont été enregistrés. Quelques jours après, l’un des blessés a rendu l’âme des suites de ses blessures. Selon des témoignages, il aurait été torturé par des hommes de tenue du pays voisin. Aujourd’hui, 27 ans après, Diawara qui, entretemps, est devenue une commune en 2002, connaît une forte expansion et n’a plus grand-chose à voir avec le petit hameau de l’époque. Les réalisations des émigrés, visibles un peu partout, l’ont transformée de fond en comble, et bouleversé les rapports sociaux. Le visiteur qui débarque dans cette ville est frappé par les immenses et belles constructions. Ici, à l’image de Dakar et d’autres villes du pays, les immeubles à un ou plusieurs étages foisonnent. A l’intérieur des concessions, certains mobiliers ne dépareraient pas dans les résidences les plus huppées des quartiers fortunés de Dakar. Salons bien meublés, téléviseurs écran plat, la climatisation y est aussi.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s